L’expansion du CBD freinée par l’ambiguïté juridique

Malgré le succès incontesté des huiles de CBD et le fleurissement des boutiques de commercialisation du CBD, monter une entreprise dans ce domaine demeure compliqué. Nombreuses sont ces banques qui continuent de refuser le financement des projets liés à la vente des produits CBD. Découvrez à travers ce billet la réalité de financement derrière l’effervescence du CBD.

Le marché du CBD

La commercialisation du CBD ne cesse de fleurir de jour en jour et propose des débouchés intéressants. Une étude a révélé que les boutiques de vente en ligne du CBD avoisinent un taux de 15, voire 35 %. De leur côté, les experts de la santé qualifient le CBD de moyen de sevrage au cannabis.

A lire également : Quel est le coût d’une transformation digitale ?

Les propriétés anti-inflammatoires et calmants du CBD poussent commerçant et consommateur à en faire un produit de premier choix.

CBD et légalisation

Comparativement au THC, le cannabidiol est non psychotrope et n’est pas addictif. La France a instauré une loi qui autorise la commercialisation et la consommation des huiles et des cosmétiques, mais interdisant les fleurs et la résine de CBD. Cette clause est considérée comme un flou juridique et continue de laisser plusieurs personnes dans le doute.

A voir aussi : Avantages et limitations de l'impression 3D

Les difficultés pour trouver un financement dans le cadre d’un business relatif au CBD sont donc dues à la légalisation encore floue du CBD. Les acteurs financiers s’accrochent à cela pour refuser l’octroi de financement aux entrepreneurs. Ils disent attendre une légalisation claire avant d’envisager de les aider à obtenir un financement.

L’ouverture du compte : une première difficulté pour les entrepreneurs

De nombreuses craintes subsistent encore aujourd’hui en ce qui concerne l’utilisation du CBD. Il s’agit en l’occurrence des banques qui ne considèrent pas le CBD comme un produit légal.

Ceci constitue une véritable barrière pour les entrepreneurs qui désirent se lancer dans la commercialisation du CBD. L’ouverture d’un compte bancaire professionnel leur est refusée par les banques qui associent le CBD à une drogue.

Le financement du projet : une deuxième difficulté pour les entrepreneurs

Beaucoup d’entrepreneurs sont privés de toute source de financement pour la réalisation de leurs projets. Que ce soient les patrons de boutique de vente de CBD ou les simples commerçants, ils ne sont pas en mesure d’obtenir des prêts bancaires.

De la même façon, ceux qui ont un fonds nécessaire ne parviennent pas à étendre leurs activités de peur de se voir refuser un financement. La majorité des entrepreneurs sont obligés de se tourner vers des banques européennes. Ils doivent donc passer par des procédures administratives interminables qui leur créent assez de dépenses et leur font perdre également du temps.

Même après une obtention du financement nécessaire pour le projet, les entrepreneurs sont obligés de faire recours à des prestataires étrangers. C’est par ces derniers qu’ils devront passer pour le paiement en ligne.

Que faire pour remédier à cette difficulté que rencontrent les entrepreneurs ?

Face aux nombreuses barrières auxquelles font face les porteurs du projet de CBD, il revient à l’État de jouer sa contribution. Il doit légaliser ou interdire définitivement la commercialisation et la consommation du CBD sans quoi, le martyr des entrepreneurs n’est pas près de finir.

vous pourriez aussi aimer