Une anticipation du risque de pollution marine aux hydrocarbures développée lors d’une réunion

C’est à Alger que le Maroc, l’Algérie et la Tunisie ont tenu une réunion sur les bilans et perspectives de leur coopération. Une réunion qui a pour prétexte la préparation en cas de production marine accidentelle dans la zone de la Méditerranée du Sud Ouest. Il a été prévu la mise en place d’un plan sous régional pour faire face à la pollution.

Un type de pollution pouvant être causé par des cas d’accident de navire

Les trois pays que sont le Maroc, l’Algérie et la Tunisie veulent mettre en place ce plan sous régional depuis 2005. Il s’agit d’un plan qui a pour but d’apporter des solutions aux problèmes de pollution qui peuvent être causés par des accidents de navires devant assurer le transport des hydrocarbures.

A découvrir également : Un ftour dans un restaurant de Marseille

Ces accidents peuvent être la cause d’importantes pollutions au niveau des littoraux. Des exercices et formations seront mises en œuvre. Il s’agit d’exercices de simulation entre les forces d’intervention de ces trois pays. Ce qui pourra permettre de prendre rapidement les devants en cas d’accident de navires chargés du transport d’hydrocarbures.

Une coopération pertinente selon la ministre de l’environnement et des énergies renouvelables

Fatma-Zohra Zerouati, la ministre de l’environnement et des énergies renouvelables de l’Algérie, a marqué de sa présence cette cinquième réunion qui porte sur la mise en œuvre du plan d’urgence. Elle a magnifié la coopération qu’elle qualifie de pertinente. La ministre pense que cette coopération vient à son heure à cause du risque de pollution des littoraux des pays de la sous région.

A lire aussi : Pourquoi les startups préfèrent le statut de SAS ?

Des actions doivent être menées par les trois pays pour venir à bout de ce type de pollution. Un matériel adéquat pour venir à bout de ce type de pollution a également été prévu. C’est le cas de la pompe de surface au Maroc, qui pourrait être d’une grande utilité en cas d’accident.

50% des accidents de transport maritime concernent le transport d’hydrocarbures

Les risques de pollution sont d’une grande importance si l’on en croit les propos de Mme Zerouati. En effet, la ministre estime le trafic maritime à 10000 navires chaque année. Ce qui représente 30% du trafic maritime mondial. Mme Zerouati ajoute que 50% des accidents de transport maritime concerne le transport d’hydrocarbures.

Des chiffres qui montrent la nécessité d’entamer cette lutte pour venir à bout de ces pollutions qui sont causées par les accidents de navires chargés du transport des hydrocarbures.

vous pourriez aussi aimer
Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

 

You have Successfully Subscribed!