Recherche






Join My Community at MyBloglog!











inscription newsletter


Parlez-vous la langue de bois ?

La langue de bois est un des grands fléaux langagiers de notre époque. Historique de l’expression, avec en prime quelques exemples pratiques...



Parlez-vous la langue de bois ?
La langue de bois est une forme d’expression orale ou écrite, caractérisée par un assemblage de paroles creuses, de phrases toutes faites. On y exprime les choses de manière floue et délibérément trompeuse pour cacher la vérité, pour éviter d’aller à l’essentiel.

1. La langue de bois et le politiquement correct

La langue de bois fonctionne selon le même principe que le politiquement correct (voir notre article : ici, qui consiste à remplacer des mots considérés comme choquants par des termes beaucoup plus neutres (voir « Parlez-vous le politiquement correct ? »)
Dans les deux cas, le but est similaire : noyer le poisson.
La différence, c’est que la langue de bois constitue un langage à part entière : on peut dire ou écrire toute une phrase, voire même tout un discours, en langue de bois.
Le politiquement correct a un usage plus limité, puisqu’on ne transforme que certains mots bien précis.

Parlez-vous la langue de bois ?
2. Historique

L’expression « langue de bois » possède une origine qui nous emmène loin dans le temps, car elle nous vient de la Russie des tsars. Mais elle n’a pas toujours eu ce nom-là.
Traduite en français, l’expression que les Russes utilisaient à l’époque était « langue de chêne » : une formule servant à décrire le style administratif stéréotypé de la bureaucratie tsariste.
Il existe plusieurs hypothèses concernant l’origine de l’expression russe « langue de chêne ». Peut-être que les meubles, dans les administrations russes, étaient en chêne. Ou peut-être que les Russes ont choisi le mot « chêne » parce que c’est un arbre résistant (et imperméable à la critique, comme beaucoup de régimes despotiques).
Après la révolution d’octobre 1917, la « langue de chêne » est devenue en Union soviétique la « langue de bois » : ce terme plus général, qui restait toutefois proche de la formule initiale, servait à décrire le discours idéologique et figé en usage sous l’ère communiste.
C’est sous cette forme que l’expression est arrivée en France et qu’elle a été reprise dans notre vocabulaire.cy[

patronattention !
patronattention !
3. Exemples pratiques de langue de bois

On dit souvent que les hommes politiques sont des adeptes inconditionnels et systématiques de la langue de bois...
Mais on trouve des exemples en langue de bois qui n’ont absolument rien à voir avec la politique et qui nous concernent tous. Il s’agit des certificats de travail. Certains patrons ont en effet recours à des phrases codées pour rédiger ces certificats. Ces phrases relèvent de la langue de bois parce qu’elles sont écrites dans un style convenu qui véhicule un message volontairement manipulateur. Les patrons n’osent pas exprimer la vérité, alors ils la camouflent derrière des clichés. À la première lecture, certaines formules semblent positives... Mais quand on sait les décrypter, cela change la donne :

--- « C’est avec regret que nous nous séparons de… »
En fait, le patron ne regrette pas vraiment le départ de son employé(e).

--- « C’est avec un grand regret que nous nous séparons de… »
Le patron regrette moyennement.

--- « C’est avec un très grand regret (ou le plus grand regret) que nous nous séparons de… »
Le départ de l’employé est véritablement regretté.

--- « Monsieur/Madame X a toujours eu une oreille attentive avec ses collègues. »
Monsieur/Madame X bavardait trop avec ses collègues.

--- « Monsieur/Madame Y s’est donné de la peine dans les tâches que nous lui avons confiées. »
Monsieur/Madame Y a eu de la peine à accomplir ses tâches.

--- « Monsieur/Madame Y a rempli ses tâches à notre satisfaction. »
Le travail de Monsieur/Madame Y était moyen.

--- « Monsieur/Madame Y a rempli ses tâches à notre entière satisfaction. »
Le travail de Monsieur/Madame Y était satisfaisant.

--- « Monsieur/Madame Y a rempli ses tâches à notre entière et pleine satisfaction. »
Le travail de Monsieur/Madame Y était exceptionnel.


Un ou deux adjectifs en plus ou en moins, et la phrase prend une toute autre résonance. C’est ce qu’on appelle le poids des mots…

Olivier Schopfer (Genève, Suisse)
chroniqueur sur Radio Cité

Notez



Politique | Société | Culture | La vie des gens | Internet-Multimédia-Sciences | Loisirs-Conso | Sports | Economie-Finance | Télévision | Revue de presse | Dessin du jour | Horoscope | Vos vidéos


S'identifier
 






Derniers membres connectés
gramophone
Alexisbout
donzel
lolacola